Faire ses semis.

semis.png

Le semis est la première étape, mais bien qu'elle paraisse facile : "On prend de la terre, on fait un trou et on met la graine puis la recouvre", il faut tout de même connaître certaines choses à ce sujet !

 

Etape 1

Commençons déjà par la date des semis ! Selon votre région vous pouvez semer plus ou moins tôt ! Au nord de la Loire, rien ne sert de semer avant le 15 mars ! Tout d'abord parce que les gelées tardives sont fréquentes et en plus les quelques expériences que vous pouvez mener montreront que les semis de fin mars rattrapent toujours ceux de fin février !

Vous pouvez utiliser des plaquettes de semis ou des bacs à semis achetés pour quelques euros dans des enseignes de hard-discount, cela suffit amplement. A l'intérieur de ces bacs se trouvent en general des plaques de 24 alvéoles. Dans chacune de ces alvéoles, vous pouvez mettre jusqu’à 6 graines de la même variété. Les plants seront serrés mais c'est un moyen de gagner de la place quand la surface éclairée n'est pas grande.

Pour cela, remplir toutes les alvéoles de terreau spécial : ce terreau est léger, avec des petites perles de vermiculites blanches, c'est très important pour que les graines soient dans un milieu aéré.

Enfin, il vaut mieux éviter de remplir le bac d'eau, mais assurer plutôt une pulvérisation récurrente quitte à ce que le terreau sèche légèrement entre temps. Trop d'humidité sera propice aux champignons !

Ces bacs sont ensuite placés sous une lumière soit artificielle en intérieur, soit à l'extérieur dans un bac à semis chauffé.

Mettre vos semis : 1) A l'extérieur, chauffé dans un bac à semis .... :

 

Avantages : Il n'y a pas besoin de lumière artificielle, la lumière du jour suffit. Inconvénients : Valable uniquement pour des semis à partir de mars (sinon l'apport de lumière artificielle est obligatoire) et cela nécessite de chauffer.
Pour chauffer on peut utiliser la méthode du lit de fumier consistant à tasser du fumier et à l'arroser abondamment, puis une semaine plus tard placer les bacs à semis dessus. Dans un bac pouvant garder la chaleur (bois avec polystyrene par exemple) mettre un fond de sable de 3-4 cm avant de placer un câble chauffant en serpentin, câble prévu à cet usage ! Recouvrir ce dernier d'une autre couche jusqu’à ce qu'il soit enfouit à ras de sable ^^. Enfin, mettre les différents bacs à semis par dessus dans lesquels se trouvent les précieuses graines en pleine germination ... Par dessus le tout une plaque en verre ou un voile ou autre converture transparante pourra être utilisee de façon à limiter les pertes de chaleur en cas de très faibles températures extérieures.
L'utilisation d'un thermostat peut être utile (mais n'est pas obligatoire) ! Cela évite que le câble ne fonctionne quand la température est déjà suffisante avec le soleil diurne.                                                

Mettre les semis : 2) A l'intérieur sous lampe artificielle :

 

Avantages : Les semis sont à l'abri des intempéries et accessibles facilement. Sauf si la température de la pièce est trop fraîche pas besoin de chauffer. C'est même INDISPENSABLE pour les semis de poivrons/aubergines de fin janvier.
Inconvénients : Nécessite un apport de lumière artificielle de type néon ou ampoule horticole à hauteur de 12h par jour minimum sous peine de voir les plants filer (un bord de fenêtre suffit très rarement). On peut les faire fonctionner de nuit en heures creuses.
Vous pouvez mettre à l'étouffer les semis. pensez à aérer ou utiliser des couvercles avec des trappes. Comme cela l'atmosphère reste humide plus longtemps sans pour autant que l'humidité stagne.
Pour l'éclairage les plus rependues sont les lampes horticole 6400K avec réflecteur. Le nombre de Kelvin (K) indique la longueur d'onde, c'est à dire la tendance à éclairer de telle couleur. Le bleu est dominant à plus haute température (6400K) que le rouge (3000K) qui lui sert plutôt à la floraison. Les ampoules à 3000K sont par exemple utilisées par les cultivateurs de cannabis .... Mais nous on veut faire croître des tomates, pas les flaire fleurir à ce stade, donc il nous faut une dominance bleue. Le tout vous coûtera, pour une puissance de 125W, environ 50/60€ mais cela est très durable ! Il faut juste faire attention au matériel.
Il existe aussi d'autres solutions comme les néons, et les éclairages LED ou encore les éclairages à lampe à sodium plus onéreux tant à l'achat que la consommation mais efficace et utile quand on a beaucoup de plants à éclairer.
Lampe économique 6400 K permettant d'éclairer une lumière blanche bleutée pour une bonne croissance des plantes. Moins de 0.30€ de consommation en électricité par jour. L'ampoule fait 40 cm de long.
Lampe économique 6400 K permettant d'éclairer une lumière blanche bleutée pour une bonne croissance des plantes. Moins de 0.30€ de consommation en électricité par jour. L'ampoule fait 40 cm de long.
réflecteur en aluminium permettant d'augmenter l'intensité lumineuse dans la surface à éclairer.
Réflecteur en aluminium permettant d'augmenter l'intensité lumineuse dans la surface à éclairer. 
Lampe horticole pour semis d'intérieur, éclairant une lumière à dominance bleue intense et ampoule de 40 cm.
Lampe horticole pour semis d'intérieur, éclairant une lumière blueue idéale pour la croissance des semis. L'ampoule fait 40 cm et peut éclairer 1 m²
Pose des bacs à semis sous la lampe. Le mylar (au fond) permet de refléter mieux la lumière, plus que l'aluminium.
Mettre les semis : 3) Dans une véranda / au bord d'une fenêtre.
Avantages : Inutile de s'encombrer avec une lumière artificielle, matériel de chauffage Inconvénients : Nécessite un bon éclairage et une température pas trop importante, souvent source de déséquilibre.
C'est une manière très simple, mais il faut un endroit ensoleillé. Les journées tristes au nord de la Loire ne sont en général pas propices. Il faut veiller à ne pas surchauffer la pièce où on les installe : 20°C grand maximum, surtout si la lumière se fait rare.

Etape 2

Quelques semaines plus tard (environ 3), les plants commencent à avoir leurs premières vraies feuilles. Ils commencent à être serrés dans leurs petites alvéoles qui sèchent rapidement du fait des nombreuses racines. Il va donc falloir passer au rempotage. Dans des petits pots carrés (9x9 minimum), remplir de terreau horticole de bonne qualité (il faut qu'il soit assez fin) que l'on humidifie bien avec de l'eau, de préférence diluée avec un peu de bicarbonate de soude (5/6 g/L GRAND maximum) pour limiter la prolifération des champignons.
Ensuite, creuser un bon trou avec le doigt et détacher un plant de tomate en essayant de conserver le maximum de racine puis enterrer le plant jusqu'aux cotylédons et tasser fermement.
Ensuite, la tomate va entrer dans une période assez fragile car on lui aura sectionné des racines, elle sera dans un milieu différent d'avant et plus humide. Il faudra donc éviter d'arroser tant que la terre n'est pas sèche et ne le faire que par le dessous pour éviter le développement de la fonte des semis !
S'il fait trop frais cela prendra du temps et les champignons, comme celui de la fonte des semis pourra détruire les plants. Le bicarbonate ajouté précédemment réduira les risques.
Les pots peuvent être placés en serre froide avec un voile d'hivernage pour prévenir des gelées d'avril/mai. Quelques semaines plus tard (environ 3/4) les plants seront enfin prêts à être repiqués.
Pour terminer je vais répondre à une petite question qu'on me pose souvent : Pourquoi ne pas semer directement dans les pots de 9x9 ? Tout simplement parce que fin février /début mars il gèle encore beaucoup (-11°C début mars 2012 !) et nous n'avons pas tous les moyens de faire un système de 100 m² d'éclairage-chauffage. Lorsque les plants sont bons à repiquer nous sommes déjà fin mars, et les quelques gelées qu'il restera pourront être neutralisées avec les voiles d'hivernage. Un vieux radiateur en position hors gel peu également aider !
1 semaine 1/2 après les semis
1 semaine après les semis
20/03/2013 Mi mars les plants sont repiqués un par un (et oui ^^ il en faut des pots !) sur des étagères avec une protection avec un voile d'hivernage voire un papier bulle pour les fortes gelées.
Après avoir été repiqué un par un, les pots sont placés dans des étagères et bacs, avec un voile d'hivernage et chauffage de secours réglé sur "hors-gel".
15/04/2013 Mi avril voilà que les plants sont prêts à la vente
6/8 semaines après le semis les plants sont bons à repiquer.
Les poirvons et aubergines bien au chaud ...
Pour les poivrons et aubergines, ils sont bien au chaud dans le bac à semis à la place des tomates ou en intérieur sous lampe.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0